VitaDX, l’intelligence artificielle au service de la détection précoce de cancers

Grâce à des algorithmes d’analyse d’images et d’apprentissage statistique, la start-up VitaDX, née des travaux en imagerie de fluorescence de l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay, va automatiser la détection précoce du cancer de la vessie.

Le cancer de la vessie est le cinquième cancer le plus fréquent en France, mais les méthodes utilisées pour sa détection précoce demeurent peu efficaces. VitaDX veut répondre à cet enjeu de santé publique en faisant entrer l’analyse cytologique – l’observation des cellules présentes dans l’urine afin de détecter les cellules tumorales – dans l’ère du numérique et de l’intelligence artificielle. La start-up, créée en 2015 à partir de travaux sur l’imagerie de fluorescence menés à l’Institut des sciences moléculaires d’Orsay1, va automatiser le diagnostic précoce du cancer de la vessie grâce à des algorithmes d’analyse d’images et d’apprentissage statistique. Elle valorise ainsi la nouvelle méthode d’imagerie biologique mise au point au laboratoire, qui détecte de manière plus efficace les cellules tumorales. Un brevet a été déposé en 20092 et VitaDX en détient une licence d’exploitation exclusive.

Cet article VitaDX, l'intelligence artificielle au service de la détection précoce de cancers est paru initialement sur CNRS Alsace.

Lire en entier

Partagez !