Les sécheresses, ces épées de Damoclès

Avec le réchauffement climatique, elles risquent de devenir de plus en plus fréquentes. Pourtant, la recherche sur les sécheresses historiques reste encore très diffuse. Le Laboratoire image, ville, environnement (LIVE) vient de leur consacrer un colloque pour renforcer les connaissances sur ces évènements potentiellement dévastateurs.

L’impact socio-économique et environnemental des sécheresses peut être considérable. « Il est souvent plus important que celui des crues car elles peuvent mettre à mal l’agriculture et menacer les forêts et les sources d’eau sur des bassins versants entiers », explique Carmen de Jong. Pourtant, malgré les ravages qu’elles peuvent causer, elles restent le parent pauvre des recherches en géohistoire des risques et climatologie historique.

Serions-nous moins vulnérables aujourd’hui que part le passé ? Rien n’est moins sûr… « Une sécheresse d’une telle ampleur entrainerait des blackouts énergétiques dans toute l’Europe, prévient la chercheuse. L’énergie hydraulique tout comme le fonctionnement des centrales nucléaires seraient compromis. La qualité de l’eau se trouverait dégradée et des maladies pourraient émerger. » Christian Pfister, historien émérite invité au colloque et expert sur ces questions, pronostique le chiffre de 800 000 morts si un tel épisode climatique devait se reproduire. « A l’heure du changement climatique, il devient urgent d’avoir conscience des risques posés par les sécheresses. »

Cet article Les sécheresses, ces épées de Damoclès est paru initialement sur Unistra - Recherche.

Lire en entier