Vœux APB : Présentation des prépas scientifiques d’Alsace

Si vous avez un jour voulu entreprendre des études scientifiques, il est plus que probable qu’on vous ait alors parlé des « prépas ». De leur nom complet Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE, ou Maths Sup/Maths Spé pour les plus vieux, ou encore « voie royale » pour les encore plus anciens !), elles restent l’une des voies principales pour accéder aux écoles d’ingénieur (même si elles sont loin d’être aujourd’hui  le seul moyen). Dans la continuité du précédent article des « Vœux APB », celui-ci se propose de lister les différentes prépas scientifiques disponibles dans la région Alsace à Colmar, Mulhouse et Strasbourg.

N.D.A : Vous le savez déjà sans doute, mais la prépa est un cycle d’études se déroulent sur deux ans, appelées « Math Sup » et « Math Spé ». La présentation qui va suivre concerne uniquement les classes de deuxième année (« Math Spé » donc), des passerelles existant en première année pour choisir la classe de spé (il faut croire que j’ai moi aussi connu le XXème siècle).

Quelque mots sur la CPGE (pour ceux qui ne connaîtraient pas les prépas)

Nous venons de le dire, les classes préparatoires se déroulent sur deux ans. La première année est le plus souvent une classe accordant plus d’importance à 3 matières scientifiques (par exemple la PCSI met l’accent sur la Physique, la Chimie et les Sciences Industrielles/de l’Ingénieur) ainsi que le Français et l’Anglais. La seconde année (et troisième année pour les plus malchanceux, ou ceux qui se donnent une 2ème chance pour accéder à l’école qu’ils souhaitent) se spécialisera le plus souvent dans seulement deux des précédentes matières. Ainsi, depuis une math sup PCSI, on peut choisir de s’orienter en PC ou en PSI. Ces filières scientifiques sont au nombre de 8 :

  • MP, PC, PSI, PT : accessibles uniquement en sortie d’un bac S, les trois premières formations se spécialisent dans les Mathématiques, la Physique et la Chimie (désormais matières séparées) et les Sciences Industrielles. Ces filières préparent aux banques de concours de Polytechnique, l’ENS, Centrale-Supélec, Concours Communs Mines-Ponts, Concours Communes Polytechniques et E3A. La filière PT étudie aussi les 4 matières scientifiques, mais doit passer les concours de la banque PT (qui compte de nombreuses écoles des banques de concours précédentes).
  • TSI : réservée aux élèves ayant suivi un baccalauréat technologique STI, la TSI étudie de manière plus égale les mathématiques, la physique et la SI, les élèves pourront passer les épreuves de Centrale-Supélec, de Mines-Ponts et de CCP.
  • TPC : réservée elle aussi aux formations technologique STD (spécialité physique-chimie), cette filière met surtout l’accent sur la physique et la chimie. Il n’est possible de passer que les concours CCP, mais ceux-ci sont spécifiques à la TPC (ainsi que le nombre de places dans les écoles), il n’y a donc pas de concurrence avec les filières précédentes.
  • BCPST : filière à part des prépas scientifique, c’est la seule prépa avec la TB à étudier la Biologie et les Sciences de la Terre. Elle permet de passer de nombreuses banques de concours, par exemple l’ENS, A ENV (aussi appelé Agro-Véto, c’est l’une des rares voies permettant de devenir vétérinaire), ou G2E pour la géologie.
  • TB : accessible via le même cursus que TPC (mais cette fois-ci option biochimie), cette filière prépare surtout aux écoles de chimie, biologie et vétérinaires en permettant de passer la banque Agro-Véto ou l’ENS Paris-Saclay.

Bien  entendu, ces descriptions sont peu exhaustives, mais elles auront au moins le mérite de donner à ceux ne s’étant jamais renseignés sur les CPGE scientifiques la base de chaque filière.

Un mot sur le classement.

Cet article a pour seul but de lister les lycées proposant des CPGE en Alsace. Il est vivement conseillé aux parents et aux lycéens d’aller visiter les lycées en question, d’aller assister aux portes ouvertes, et de se renseigner le plus possible auprès des étudiants et des professeurs dans ces établissements. A titre indicatif, le classement de chaque lycée est donné, en se basant sur le classement du Magazine « l’Etudiant » de cette année 2017. Il liste les écoles selon leur pourcentage d’élèves ayant intégré un « top » des meilleurs écoles d’ingénieurs accessible pour chaque filière. Le classement utilisé peut donc être peu représentatif pour peu que l’on ne souhaite pas intégrer ces écoles d’ingénieurs là. Le plus souvent, il vaut mieux se reposer sur le taux d’intégration. Celui-ci étant fourni au bon vouloir du lycée, il n’est malheureusement pas présent dans le descriptif de certaines prépas. Enfin, les classes prépas étant des classes « exigeantes », en terme de temps et de travail, il est important d’intégrer la question du logement et de la proximité du lycée pour faire ses choix. De trop longues heures de transport en commun, un logement dans une cité trop bruyante, peuvent compliquer le travail de l’étudiant. On croit souvent à tort que le travail en classes prépa est un travail individuel, alors que de nombreux devoirs sont demandés à la maison, et peuvent se faire collectivement par exemple. Et des premiers travaux en binôme sont aussi souvent demandés. La proximité géographique et le logement adéquat sont donc des critères à prendre en compte.

Le lycée Blaise Pascal à Colmar

La ville de Colmar ne compte pour seule prépa que le lycée Blaise Pascal, qui propose une classe de TSI. Celle-ci a un très bon taux de réussite qui la classe 4ème en France pour la filière TSI (ces dernières années près de 75% des élèves ont intégré des écoles comme Centrale-Supélec, 20% ont intégré des écoles sur dossiers comme l’INSA Strasbourg, et les 5% restant ont validé leur master) et permet un suivi correct grâce à des effectifs limités (une vingtaine d’élèves en moyenne en deuxième année, contre habituellement 30-35 dans les filières comme la PC). Le laboratoire de l’école est aussi équipé de matériel récent afin d’essayer de proposer aux étudiants une ambiance différentes des prépas habituelles.

2 lycées à Mulhouse

Descendons d’une quarantaine de kilomètres vers le sud pour découvrir les deux CPGE (il en existe une troisième mais destinée à la filière économie) de la ville de Mulhouse.

Proposant en secondes années 4 classes prépas (deux MP, une PC et une PSI), ce lycée présente de bons résultats d’admissibilité (droit de passer les oraux) aux CCP (en 2015, 80% d’admissibles en PC, 60% en PSI et 52% en MP). On notera que ces classes sont des classes « étoiles » (PC*,MP*, etc…), qui souvent proposent un programme plus approfondi afin de préparer des concours plus élevés comme Centrale ou X-ENS.

Proposant au lycée de passer un bac STD, le lycée Lavoisier a créé en 1999 une prépa TPC afin que ses élèves puissent continuer à y étudier, il s’agit de l’une des 3 seules classes de TPC existante en France (avec le lycée d’Arsonval à Saint-Maur et le lycée Mermoz à Montpellier). Au vu de la nature de la filière TPC, il n’est pas pertinent de faire un classement. On pourra toutefois citer que les étudiants ayant choisi cette filière témoignaient travailler certes plus qu’au lycée, mais dans une bonne ambiance qui ne se voit pas ternie par les concours, ce malgré des effectifs plus élevés (les classes pouvant atteindre la cinquantaine d’élèves).

5 lycées à Strasbourg

Rendons-nous maintenant au chef-lieu de la région Grand Est. Force est de constater que c’est à Strasbourg que l’on trouvera le plus de CPGE (sans même compter les filières littéraire et économique), avec pas moins de 5 lycées différents pour un total de 16 classes prépas en deuxième année.

Tout comme le lycée Lavoisier, le lycée Jean Rostand se démarque des autres prépas alsacienne en étant le seul lycée à proposer une formation en BCPST et en TB (cette filière étant comme la TPC disponible que dans deux autres établissements à Paris et à Toulouse). Selon le classement de l’Etudiant, ce lycée est classé 16ème en France avec 53,7% d’admission des étudiants dans le « Top 16 » des classes accessibles par BCPST (notamment les 3 ENS, les 4 ENV et les écoles Agro).

Sans doute la plus ancienne et la plus grosse prépa de la région Alsace, le lycée Kleber compte chaque année près de 300 élèves de prépa répartis en seconde année dans 4 MP, 2 PC et 3 PSI. Ce dernier possède de très bons résultats au classement national (en 2015, 29ème sur 114 en MP, 21ème sur 110 en PC et 25ème sur 120 en PSI).

Seul lycée d’Alsace à proposer une prépa PT, le lycée Couffignal possède une classe de PT, une de PT* ainsi qu’une classe de PSI, chacune accueillant entre 30 et 35 étudiants. Cette dernière est classée 29ème sur 64 pour sa filière PT/PT* et 82ème sur 114 pour la filière PSI (à savoir que 33 écoles sont classées ex æquo à la 82ème place en PSI).

Clôturons cette liste avec les deux lycées privés de Strasbourg. Le lycée ORT propose une unique prépa PSI, tandis que le lycée Saint Etienne propose une classe de PSI et 2 classes de PT. Bien qu’elles soient toutes deux classées  82ème comme le lycée Couffignal classées pour leur filière PSI, le lycée ORT précise que pour l’année 2015, 93% de ses élèves ont intégrés une école d’ingénieur. Le lycée Saint-Etienne, quant à lui, est associé à l’école d’ingénieur ECAM Strasbourg-Europe, qu’il permet d’intégrer directement en cas de réussite des deux années.

 

Tristan Boscarolo

Rédacteur ARISAL

Pour la Junior-Entreprise Physique Strasbourg Ingénierie