La course aux talents…

Au-delà du débat sur libre-échange et protectionnisme, un tout autre processus se développe rapidement à l’initiative des entreprises : les établissements de production changent de localisation dès que le besoin en apparaît.

Ainsi, on sait que des entreprises américaines et européennes s’installent en Chine. On sait moins que de nombreuses entreprises chinoises s’installent dans nos pays, au point que les échanges dans ce domaine sont à peu près équilibrés : pour un établissement qui s’en va, un autre arrive.

Pourquoi les entreprises industrielles chinoises s’installent-elles aux Etats-Unis ? Si les salaires américains restent plus élevés que les salaires chinois, l’écart se réduit rapidement. En Chine, le salaire annuel d’un ingénieur peut atteindre 50 000 $ et un ouvrier non qualifié gagne environ 600 $ par mois, nourri logé. Aux Etats-Unis, le prix du terrain est beaucoup moins élevé que dans la région côtière chinoise ; le gaz de schiste a très fortement réduit le coût de l’approvisionnement en énergie ; les temps de transport sont quasi éliminés.

Mais il y a plus encore : l’accès à la technologie, notamment la robotique. Pour une entreprise, il faut à la fois réussir en Occident et en Chine. La Chine permet des économies d’échelle massives ; pour des produits de grande consommation comme l’IPhone, le marché des consommateurs urbains et de classe moyenne va bientôt atteindre 300 millions de personnes, soit l’équivalent de la population des Etats-Unis.

La question critique, où que l’on soit, c’est désormais le personnel qualifié. La course mondiale aux talents ne fait que commencer.

The Wall Street Journal